Media archive

A propos de Digitales

Télecharger:

Que sont les Digitales ?
De 2001 à 2006, les Digitales firent rentrer l’université, les arts et médias, l’industrie, les pratiques militantes et féministes dans des lieux de formation et d’insertion professionnelle. Il ne s’agissait pas seulement d’organiser un événement, mais de tisser, sur les fils des programmes de cours, une autre trame de sens, de savoirs et de compétences, d’expériences, de rencontres et de discussions.

Les Digitales furent des journées de rencontres-partage de savoirs, de compétences, d’expériences, de rêves et de questionnement. Elles sont nées d’un constat à la fois simple et complexe : nous vivons ici et maintenant. Nous utilisons les nouvelles technologies pour travailler, pour créer, pour diffuser, pour chercher, pour jouer, pour se connecter, pour apprendre.!

Ni colloque, ni forum, les Digitales sont des journées continues de " travail "ouvertes au public, qui se passent sur les lieux de travail et de formation en Belgique, avec les personnes qui y travaillent ou y sont stagiaires et des personnes ressources venant avec leurs outils d’ici et d’ailleurs.

Evènement hybride, transdisciplinaire et collaboratif, les Journées Digitales ont été réalisées en partenariat avec différents secteurs dans le cadre du réseau ADA (femmes et technologies):la formation et l’insertion professionnelles bien sûr (Interface3, Atel), les arts et médias (Constant vzw, Studio XX), les études féministes (Sophia, Steunpunt Gelijke Kansen, SIGIS), les associations de femmes (Amazone, 29 Rue blanche, Cobeff), etc

Digitales ?
C’est à la fois la technique numérique que, toutes, nous utilisons, les doigts, l’organisme et le poison…

2001 – 2002 – 2004 - 2006 : Quatre éditions des Digitales

Quatre Digitales, ce sont 42 ateliers, 125 forums,11 conférences et 4 symposiums dans deux villes, Bruxelles et Anvers, avec 200 invités/es de dizaine de pays différents, transitant entre différents lieux de travail, de formation et de culture.

Une expérience innovante
Les Digitales ont fait rentrer l’université, les arts et médias, l’industrie, les pratiques militantes et féministes dans des lieux de formation et d’insertion professionnelle. Il ne s’agissait pas seulement d’organiser un événement, mais de tisser, sur les fils des programmes de cours, une autre trame de sens, de savoirs et de compétences, d’expériences, de rencontres et de discussions.

_ Une approche transformée
Stagiaires, formatrices, participantes invitées, hommes et femmes, ont été tour à tour actrices et ‘public’ actif, pour montrer qu’il est possible de partir des pratiques différentes pour ouvrir le dialogue et l’échange entre des “mondes” et milieux traditionnellement éloignés sinon étrangers, entre secteurs et disciplines.
Elargir la définition de ‘femmes et technologies’, permettre aux chercheuses académiques de se découvrir utilisatrices de technologies, que les secrétaires, ouvrières, informaticiennes, artistes découvrent des liens à construire en déconstruisant leurs outils et leurs savoirs.

Un cheminement politique
De l’outil à l’image, en passant par le travail et le corps, l’action et la mémoire, il s’est agi de remettre les femmes qui travaillent et utilisent les nouvelles technologies dans la réalité d’une société genrée, fracturée et marchande et d’imaginer une autre histoire et d’autres possibles. La démarche de Digitales repose sur des pratiques féministes : ne pas externaliser la réalisation technique ou pédagogique, parler en son nom, accepter des différences et des ‘inutilités’, questionner les ‘évidences’, démythifier les outils commerciaux, introduire une autre écologie. L’organisation, les réseaux, l’utilisation des moyens d’information étaient également en bout de piste des réflexions.

Nos objectifs fûrent :
Trouver un langage commun pour lancer une réflexion et élaborer une pratique qui stimulent l’action des femmes dans la société contemporaine et fassent prendre conscience de la notion de genre dans les débats sur les nouvelles technologies, ceci par :
- l’initiation technologique et créatrice
- la compréhension de l’outil de travail
- l’analyse critique des nouvelles technologies
- la découverte et la création de nouvelles images et interactions
- la construction de l’histoire, l’archivage et de démarches prospectives
Réunir des personnes qui :
- doivent ou veulent utiliser les technologies pour gagner leur vie et subvenir aux besoins d’une famille
- possèdent des compétences professionnelles et techniques dans les technologies de pointe de l’information et la communication, et les systèmes alternatifs
- mènent des recherches universitaires dans différentes disciplines et dans différents pays,
- créent leur œuvre artistique en utilisant des médias ’traditionnels’ ou ’nouveaux’ (film, vidéo, internet, support numériques)
- sont intéressées par la réflexion féministe sur la société contemporaine

Les programmes des Digitales
Le site ADA
Le site de Constant, art et média

Participant(e)s

Metadata